Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Echo des Chrétiens
  • L'Echo des Chrétiens
  • : Jésus-Christ : le Dieu vivant qui transforme les coeurs et qui opère toujours des miracles dans la vie des hommes. Des chrétiens témoignent.
  • Contact

Mots Clés

Si vous souhaitez publier votre propre livre

Si vous avez le projet d'écrire et d'être accompagné dans votre démarche, ou si vous avez déjà écrit votre manuscrit, mais que celui-ci nécessite une relecture avant son édition finale, vous pouvez nous adresser votre texte, par email, avec vos coordonnées complètes. En retour vous recevrez un devis calculé sur le degré de corrections à lui apporter.

Vous pourrez ensuite l'adresser à un éditeur, ou l'auto-éditer, ou le faire tout simplement imprimer pour le distribuer vous-même. Nous pourrons vous conseiller, si vous le souhaitez.

Votre fichier doit être saisi sous Word, .doc, caractères taille 12, marges 2,5 cm, format A4.

Adresse email : lechodeschretiens@orange.fr

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 19:41

Témoignage de guérison de Georges DUS

Je suis né le 14 octobre 1928 dans la Drôme (France), d'une mère catholique et d'un père incroyant. Dès ma plus tendre enfance, j'ai nourri dans mon coeur le désir de devenir prêtre. Je suis entré au séminaire de Marseille où j’y suis resté 7 ans. De mon plein gré, j’ai quitté cet établissement, redoutant le célibat.

Plus tard de nombreuses épreuves m'ont fait perdre la foi. J'ai été atteint de graves maladies, telles que la tuberculose pulmonaire et un ulcère à l'estomac. Mais le pire est arrivé lorsque je fus victime d'un accident. J'avais repris le travail depuis peu de temps, et un jour, en m’y rendant en scooter, j’ai été renversé par une voiture et pris en sandwich entre deux véhicules.

A la suite de cet accident, j'ai été reconnu invalide à 87 %. On a essayé de me rééduquer pendant deux ans. Puis n'ayant plus aucun espoir de guérison, on m’a considéré comme une épave humaine et reconnu irrécupérable. J'étais en effet touché à l'axis, l'atlas (C1- C2 - C3 - C4 - C5, L4 et L5). J’ai dû porter un appareil qui me soutenait la tête et qui partait du bas ventre jusque derrière la nuque. Lorsque je marchais dans la rue, les gens se retournaient et j'entendais des murmures : « Pauvre homme ! Pauvre type !... »

Si j’étais une loque humaine sur le plan physique, je l’étais aussi sur le plan moral et spirituel. Je me suis alors retiré dans un village pour ne plus avoir de contact avec la société et où je pourrais crier ma souffrance. Les médecins m’avaient pris à part et m’avaient déclaré : « Ne vous faites pas d'illusion ! Vous marcherez dorénavant qu’au moyen de cet appareillage. Estimez-vous heureux, car d’ici 5 ans, vous serez paralysé. A ce moment-là, faites appel à la médecine. On tentera d'ouvrir le rachis cervical, de scier, d'enlever l'arthrose et de refermer. En le faisant 5 ou 6 fois, vous pourrez peut-être à nouveau marcher. Mais ne vous faites pas trop d'illusion ! Il y une chance sur deux, à chaque intervention, de ne pas vous réveiller sur la table d'opération ! » La perspective de l'opération me plongea dans un état de frayeur face à la mort.

Au bout de 4 ans de souffrance, je devenais ankylosé ; j'ai dû avoir recours aux béquilles. Et le 25 octobre 1964, je me suis retrouvé couché sur une planche : paraplégie totale de mon corps. Ceci n'était encore rien, car ce qui était atroce, c'étaient les douleurs qui l'accompagnaient. Je peux affirmer que je ne pleurais pas : je hurlais ! Entendre un homme hurler jour et nuit devint intolérable à mon épouse et mère de 4 enfants. On a dû me retirer les enfants. Ma femme a appris à faire des injections de calmant, qui faisaient effet 3 à 4 heures, puis la douleur reprenait avec autant d’intensité.

Le 16 novembre à 2 h du matin, malgré 2 injections, je continuais d’hurler. Ma femme alla chercher le médecin et durant son absence, me retrouvant seul à la maison, j’ai crié à l'Eternel. Oui, dans mon cœur, j’ai poussé ce cri : « Oh ! Dieu ! Toi qui a créé le ciel et la terre, si tu existes, fais-toi connaître à moi ! Dis-moi ce que tu attends de moi ! Dis-moi pourquoi je souffre moi et pas un autre ! » J'étais révolté contre la souffrance et je demandais à Dieu de se faire connaître à moi. Je savais que la mort allait venir et j'avais peur de la mort. Je savais que j'étais perdu et que j'allais être condamné. Je connaissais mes péchés et j'avais peur de la mort, peur de la maladie, peur de cette souffrance atroce. Alors j'ai crié à Dieu. Il a répondu à mon cri. Voici comment.

Le lendemain, à 9 h du matin, un gitan vint frapper à ma porte ; j'habitais à deux kilomètres du village. Il vendait du linge. En entendant parler de ma paralysie, il s'est approché de mon lit et m'a dit cette phrase : « Frère, je viens te guérir au nom de Jésus. Je lui ai répondu : — Je crois en Jésus, mais je ne crois pas aux hommes qui le représentent, et je ne crois pas qu'il puisse me guérir dans mon état ! » Sur son insistance, j'ai finalement accepté qu'il prie pour moi : « Au nom de Jésus, lève-toi et marche ! » s'écria-t-il. Tout en imposant ses mains, il continuait de prier de cette façon, mais j'étais toujours paralysé. Le coeur attristé, il me dit : « Tu ne crois pas en Jésus ! Comme c'est dommage, parce que si tu croyais, tu marcherais ! — Non, je ne crois pas, car ma maladie n'est ni organique, ni mentale ; elle est mécanique. Comment une prière peut-elle guérir une colonne vertébrale, remettre des os, enlever l'arthrose ? C’est impensable ! » Le gitan me répondit : « Jésus est le fils de Dieu, il a donné la vie, il a crée le ciel, la terre et il peut te relever maintenant, si tu crois en lui ! » Je lui rétorquais, une dernière fois : « Je regrette, je ne crois pas. »

Après son départ, les 24 heures qui suivirent furent le témoin de l’arrêt total de mes douleurs : je ne souffrais plus, je n'avais mal que si je bougeais ou si je tentais de remuer. Mais en restant immobile, je n'avais plus mal. C'était pour moi déjà une grande joie, et je pus enfin dormir, pour la première fois depuis bien longtemps.

Lorsque le médecin me vit ainsi, il gronda ma femme en disant que c'était de la folie de laisser un homme dans ma condition, sans calmant : « Même s'il ne souffre pas, donnez-lui ses calmants ! » Je n'avais pas osé lui dire qu'on m’avait imposé les mains, au nom de Jésus. Mais le lendemain, à mon réveil, j’étais perplexe : « Est-ce la prière, pas la prière ? Cet homme est-il un homme de Dieu ou n’en est-il pas un ?... » Ces questions travaillaient mon cœur, dans lequel la foi commençait à germer.

Quand ce gitan revint me voir, je lui dis immédiatement : « Depuis 24 heures, je ne souffre plus. Si tu es vraiment un homme de Dieu, tu dois manifester sa puissance et je dois marcher ! Prie pour moi et moi, je vais y mettre tout mon cœur ! » Il pria et je l’accompagnai avec la sincérité de ma foi renaissante : « Merveilleux Jésus ! Au nom de Jésus, lève-toi et marche ! » ordonna-t-il. Je me levai instantanément, guéri ! Je me mis debout, hors de mon lit, sans appareil, sans béquilles ! Je me pinçais, je pleurais de joie, je croyais rêver et je disais : « Comment est-ce possible ? Mais c'est impossible, c'est impensable ! Un miracle ! Ô merveilleux Jésus ! Tu m’as guéri ! »

Oui, je me souviendrai toujours de ce 17 novembre 1964. Vers 17 heures, le médecin vint me consulter. Je m’étais remis au lit, dans ma position de paralysé. « Comment ça va ? demanda-t-il. — Docteur, je marche ! — Oh, la, la ! Votre moral est meilleur aujourd'hui, vous plaisantez ? — Non, docteur, je marche ! — Alors faites-moi voir cela ! » Et devant le médecin, je rejetai les draps du lit et me levai. Lorsqu'il me vit debout, il me palpa dans le dos, me demandant si j'avais mal ici ou là. Sur ma réponse négative, il me posa la question : « Vous sentez-vous capable de monter dans ma voiture ? — Mais oui, docteur ! » Et il m'emmena sur le champs chez le radiologue, le jour-même de ma guérison. Celui-ci prit des clichés de profil, de face et on attendit les résultats. Lorsqu'il sortit du laboratoire, cet homme était blanc et livide. Il me dit ces mots qui sont restés gravés dans mon cœur : « Je ne comprend pas. Vous avez une colonne vertébrale plus belle que la mienne. Et il ajouta : Vous avez LA MAIN DE DIEU SUR VOUS ! »

En parallèle à la guérison de mon corps, j’ai trouvé aussi la paix pour mon âme. En réalisant que Jésus est toujours vivant, j’ai reçu la certitude de mon salut, m’enlevant définitivement la peur de mourir. Alors que j'avais vécu dans l'illusion d'une religion, ce frère gitan me dirigea dans une salle où l'on prêchait le plein Evangile. Comme lui, j’ai appris à connaître mon Sauveur, à l'aimer et à lui obéir en écoutant et en lisant sa Parole (le Nouveau Testament de la Bible). Jésus dit lui-même : « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole et mon Père l'aimera ; nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure dans son cœur... » Il pardonna mes péchés, me délivra de mes passions, de mes habitudes et changea les dispositions de mon coeur qui, depuis, déborde de joie.

Communiqué par Michel Oudot - Corrections du texte : Odile Delarbre.

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Témoignages - Guérison
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 10:15

QUI A MAINTENU LILIANE EN VIE ? LA MEDECINE ? OUI, MAIS QUI OEUVRE DERRIERE LA MEDECINE ? ET SON ECZEMA, ET SA DEPRESSION QUI ONT DISPARU SUITE AUX PRIERES D'AMIS CHRETIENS ?

[...] A 18 mois, je suis morte dans les bras de maman, la fièvre avait dépassé 41° et le médecin, appelé d'urgence, a dit : "Que voulez-vous que je fasse ? Elle ne respire plus". Il a diagnostiqué une bronchopneumonie double. Il a néanmoins fait une piqûre dite au coeur et je suis revenue à moi.

[...] En 1948, je suis morte à nouveau à 7 ans et Maman affolée m'a mise dans les bras de Titine, la voisine de mes grands-parents... Le docteur a fait une piqûre au coeur, ce qui a fait rebattre mon coeur. Le traitement s'était amélioré : 2 piqûres de pénicilline par jour pendant 21 jours.

[...] Mais vers 18 heures, je sentais que je m'en allais, alors je me suis couchée... et je suis morte. Je me suis retrouvée dans un tunnel...

[...] Et le miracle eut lieu. Depuis vingt ans jusqu'à ce jour de 2010, je n'ai plus jamais fait de blocages...

[...] Lorsque je suis montée dans ma voiture, à l'instant précis j'ai senti un poids quitter mon corps...

PUIS DIEU PROTEGE AUSSI LILIANE DE DEUX CATASTROPHES NATURELLES.

http://lechodeschretiens.over-blog.com/pages/La_guerison_divine_sans_manipulation_sans_medicaments_toujours_dactualite_-728398.html

Lisez son témoignage dans son intégralité en le commandant ici. Envoi par courrier postal.

Repost 0
Published by La Redac L'Echo - dans Témoignages - Guérison
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 18:37
Plutôt que prendre des médicaments ou recevoir des infiltrations, Monique se tourne vers Dieu pour régler son problème.
Je souffrais atrocement des hanches depuis plusieurs semaines. Je pensais que c'était une crise d'arthrose... Le radiologue consulta donc la radio et me garantit que mes hanches sont en parfait état. Au même instant il me plante le doigt sur la zone douloureuse. Aïe ! Il m'explique alors que c'est de la périarthrite provoquée probablement par mon bassin qui s'est peut-être mal remis de mon dernier accouchement...
"C'est pourquoi je vous dis : tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous le recevrez et cela vous sera accordé." - Jésus.
Retrouvez la suite du témoignage dans le bulletin-témoignage, réf. E0901MP_B13 témoignage de Monique. Visualiser le document :

http://lechodeschretiens.over-blog.com/pages/Dieu_remet_en_place_le_bassin_de_Monique_qui_souffrait_dune_periarthrite-1164557.html
Pour recevoir la publication, cliquez
ici pour envoyer vos coordonnées postales avec la référence du bulletin choisi.


Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 11:26

La guérison divine, sans intervention d'hommes, de la nature ou de médicaments, est toujours d'actualité. Yvonne l'a vécu : Dieu l'a miraculeusement guérie !
Depuis trois ans environ, je souffrais d'une violente douleur au pied gauche, surtout avec le froid, et lorsque je voulais faire un petit kilomètre et parfois moins, j'étais obligée de m'asseoir et d'enlever ma chaussure...
- Madame, vous faites de l'arthrose sur une phalange d'un orteil. Voyez-vous elle est raide par rapport à votre phalange du pied droit,elle ne se plie pas... vous mettre une broche...une attèle...la garder une année durant... je ne vous garantis pas un résultat à 100 %...
- Dieu est le plus grand des chirurgiens. Nous allons en faire un sujet de prière et il va me guérir !

Retrouvez la suite du témoignage dans le bulletin-témoignage, réf. E0805YG. Visualiser le document :

http://lechodeschretiens.over-blog.com/pages/Guerison_par_Dieu_dune_arthrose_a_lorteil_du_pied_dYvonne-728398.html
Pour recevoir la publication, cliquez ici pour envoyer vos coordonnées postales avec la référence du bulletin choisi.


Repost 0

Témoignages