Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Echo des Chrétiens
  • L'Echo des Chrétiens
  • : Jésus-Christ : le Dieu vivant qui transforme les coeurs et qui opère toujours des miracles dans la vie des hommes. Des chrétiens témoignent.
  • Contact

Mots Clés

Si vous souhaitez publier votre propre livre

Si vous avez le projet d'écrire et d'être accompagné dans votre démarche, ou si vous avez déjà écrit votre manuscrit, mais que celui-ci nécessite une relecture avant son édition finale, vous pouvez nous adresser votre texte, par email, avec vos coordonnées complètes. En retour vous recevrez un devis calculé sur le degré de corrections à lui apporter.

Vous pourrez ensuite l'adresser à un éditeur, ou l'auto-éditer, ou le faire tout simplement imprimer pour le distribuer vous-même. Nous pourrons vous conseiller, si vous le souhaitez.

Votre fichier doit être saisi sous Word, .doc, caractères taille 12, marges 2,5 cm, format A4.

Adresse email : lechodeschretiens@orange.fr

7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 15:25

Un jugement arrive sur le monde musulman
et sur l'Arabie saoudite

Musulmans, revenez au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, avant qu’il ne soit trop tard. Détournez-vous de vos idoles et de votre faux dieu « Allah » !

La date hautement symbolique du 11 septembre ainsi que la foudre qui tombe du ciel sur le premier lieu saint de l’islam font clairement penser à un avertissement du Dieu d’Israël au monde musulman. Un terrible jugement se prépare sur le monde islamique et sur la « Grande Babylone saoudienne ».

Le message est clair : Musulmans, revenez au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, avant qu’il ne soit trop tard. Détournez-vous de vos idoles et de votre faux dieu « Allah ».

Que nous révèle la géopolitique actuelle ? La république islamique chiite de l'Iran qui fera partie du royaume de la bête (« un gigantesque califat ») est actuellement l'ennemi numéro un de l'Arabie Saoudite. Dans un article de la presse canadienne (10) publié le 07 septembre 2016, on apprend que le guide suprême iranien Ali Khamenei a tenu des propos d'une virulence sans précédent en qualifiant la famille royale saoudienne de « maudite et maléfique » qui « ne mérite pas de gérer les lieux saints » de l'islam.

Dans un article eschatologique intitulé "Saudi Arabia, The Whore Of Babylon, Is Feeling The Heat From Iran", Walid Shoebat explique pourquoi l'Iran détruira l'Arabie. S'accompliront alors ces oracles sur la destruction finale de Babylone et d'Allah, le dieu babylonien contemporain.

Apocalypse 17:10 : « Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. »

Jérémie 51:44 : « Je châtierai Bel [Allah] à Babylone [La Mecque], J'arracherai de sa bouche ce qu'il a englouti, Et les nations [islamiques, autour d'Israel] n'afflueront plus vers lui [durant le pèlerinage à La Mecque, les musulmans vont vers la Kaaba, la maison d'Allah]. La muraille même de Babylone est tombée ! »

Certains spécialistes et historiens avancent que l’islam est responsable de plus de 300 millions de morts, ainsi que du plus grand génocide de l’histoire, le génocide « Hindi Kouch » : 80 millions d'indiens furent tués par des musulmans lors de la conquête de l’Inde.

L’Eternel des armées lance un avertissement clair au monde musulman et à la mystérieuse Babylone qui abrite le dieu lune babylonien « Allah ». Un dieu issu de la même famille que le dieu lune « Sin » adoré à Babylone. Nabonidus (555-539 av J.C.) le dernier roi de Babylone, construisit Tayma, en Arabie, comme centre d’adoration du dieu lune. Un historien affirme : « La religion d’Arabie du sud a toujours été dominée par le dieu de la lune avec des variantes. » Beaucoup de chercheurs ont également noté que le nom du dieu lune « Sin » est la racine du mot arabe « Sinaï », « le désert de Sin».

F. Statuto

La ville responsable « d’égorgements de saints sur la terre »

Apo. 18:24 : « et parce qu'on a trouvé chez elle le sang des prophètes et des saints et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre. »
Depuis le 7ème siècle après J.C., la Mecque est le théâtre de décapitations publiques. Ces pratiques sont toujours d’actualité au sein de cette ville. Selon la chaine Al Jazeera, l'Arabie saoudite a décapité plus de 150 personnes en 2015. Depuis les débuts de l’islam, La Mecque, la mère spirituelle de l’islam, est responsable de centaines de milliers d’égorgements et de décapitations dans le monde.

Dans un récent article du 11 septembre 2016 publié sur le site "Israelendtimes", un imam influent d'Arabie saoudite a appelé publiquement « à tuer les chrétiens, les musulmans chiites, et les juifs.»

La ville « assise en reine » et qui « a la royauté sur les rois de la terre »

Apo. 18 :7 : « Je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil ! »  Apo. 17:18 : « Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre »

Cinq fois par jours, plus d’1,5 milliards de musulmans se prosternent en direction de la ville de La Mecque.
L’Arabie saoudite dont le cœur politico-religieux est la Mecque, influence le monde entier à travers son pétrole, ses investissements financiers, ses constructions massives de mosquées, ses banques et le terrorisme islamique. Des personnalités telles que George Bush ont maintenu des relations étroites avec le roi saoudien. En 2013, Barack Hussein Obama (le président de la plus grande puissance occidentale) s'inclina pour embrasser la main du roi d'Arabie Saoudite.

La puissante ville avec laquelle « les marchands de la terre et de la mer s'enrichissent »

Apo. 18:15-19 : « Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment ; ils pleureront et seront dans le deuil, (…) La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite ! »

Le sol saoudien ainsi que la mer rouge qui borde l'Arabie saoudite regorge de pétrole. Les transactions pétrolières avec l'Arabie Saoudite avoisinent les 400 millions de dollars par jours. Actuellement le Vatican est loin de s'enrichir ainsi.

La ville plongée dans un luxe inimaginable

Apo. 18:16 : « La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles ! »

La Mecque est le haut lieu du « grand luxe » et des « excès en tout genre », on y trouve de gigantesques constructions et hôtels luxueux, l’horloge la plus haute du monde, des marchés entièrement dédiés à la vente d’or et de pierres précieuses, des Mercedes en or pur et des Porsche en diamant, d’une valeur supérieure à dix millions de dollars.


La ville qui importe « des animaux, des moutons » et « des esclaves »

Apo 18 :13 : « …de fine farine, de blé, de boeufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d'âmes d'hommes. »

L’Arabie saoudite importe 17.9 millions de moutons chaque année dont plus d’un million est tué à la Mecque durant le pèlerinage islamique. La Mecque emploie des domestiques et des esclaves provenant majoritairement d’Indonésie, du Népal et d’Afrique.

La ville vêtue « d’écarlate »

Apo 17 :3 : « Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. »

Babylone est une ville, par conséquent l’habit écarlate ne doit pas être entendu de manière littérale mais symbolique. Ces vêtements ont la même couleur que celle de la bête qui « tue les saints ». Cela pourrait se référer à la couleur écarlate du sang « des prophètes et des saints et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre. » Pendant que La Mecque continue de tuer massivement à travers le monde avec sa religion, le Vatican et le catholicisme ne tue plus personne aujourd'hui.

La grande ville que Jean a vu est dans « un désert »

Apo 17:3 : « Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. »

Dans le Tanak comme dans le livre de l’Apocalypse, tout prophète « transporté en esprit » est conduit dans un lieu physique réel (Ezékiel 8:3, 11:24, 37:1, 43:5 ; Matthieu 4:1 ; Apocalypse 21:10). Babylone se trouve dans un désert, ce qui n'est le cas ni de Rome, ni de Constantinople, ni de Jérusalem.

Matthieu 4:1 : « Alors Yeshua fut emmené par l'Esprit dans le désert, pour être tenté par satan. »

Apo 21:10 : « Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. »

Ezékiel 8:3 : « L'esprit m'enleva entre la terre et le ciel, et me transporta, dans des visions divines, à Jérusalem, à l'entrée de la porte intérieure, du côté du septentrion, où était l'idole de la jalousie, qui excite la jalousie de l'Eternel. »

Ezékiel 43:5 : « Alors, l'esprit m'enleva et me transporta dans le parvis intérieur. Et voici, la gloire de l'Éternel remplissait la maison. »

La ville assise sur « sept montagnes »

Apo 17:9 : « C’est ici l’intelligence qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes (du grec « oros ») sur lesquelles la femme est assise. »

Le grec fait une différence entre le mot « oros » (montagne) et le mot « bounos » (colline), Luc 3:5 : « Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline seront abaissées ; ce qui est tortueux sera redressé, et les chemins raboteux seront aplanis. » De nombreux commentateurs bibliques forcent les textes et remplacent « sept montagnes » (du grec « Oros ») par « sept collines » (du grec « Bounos ») pour induire qu'il s'agit de Rome. Pourquoi parler de sept collines si le texte biblique nous parle de sept montagnes ! ? Rappelons que le dictionnaire international définit une montagne comme étant plus grande que 300 mètres. Rome a sept collines qui n’excèdent pas 70 mètres. La Mecque est une ville entourée par sept montagnes proéminentes, que les géographes nomment : 1) Jabal Quba 2) Jabal al Qinaa 3) Jabal Li Aali 4) Jabal Jifan 5) Jabal Jijad 6) Jabal Qubais 7) Jabal Hindi. Source Wikipedia version arabique.

F. Statuto

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 22:04
Témoignage de l'aide de Dieu dans la vie d'une femme trompée et abandonnée

Trahie par les hommes mais aimée de Dieu

Kiesse NZAMBI

Ce témoignage est le résumé de longues années de souffrances, d’ordre émotionnel et affectif en particulier, que l’auteure a traversées. Après des relations amoureuses infructueuses, Kiesse va enfin rencontrer celui qui deviendra son mari. Mais son mariage va rapidement devenir un enfer quand elle apprendra que son mari a une autre femme dans sa vie, qu’ils ont eu un enfant ensemble, et tout ceci à son insu. Elle supportera tout, mensonges, adultère, infidélité jusqu’au jour où l’envie de se suicider la conduira à lever les yeux au ciel.

Dieu, dans son infinie bonté, va progressivement la transformer de l’intérieur, grâce à son Esprit saint et à sa Parole, et lui donnera les forces nécessaires pour la faire tenir debout et réorienter sa destinée.

Un témoignage utile aux couples en difficulté et aux célibataires qui cherchent à s’engager dans les voies du mariage.

Livre en vente chez son éditeur : http://www.editionsoasis.com/Trahie-par-les-hommes-mais-aimee-de-Dieu-cboaaakYg.asp

Pour lire un extrait du livre : http://derekprince.fr/wp-content/uploads/2015/03/Trahie-par-les-hommes-aimee-par-Dieu-EXTRAIT.pdf

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 18:13

EXTRAIT DU LIVRE

La légalisation du péché et ses conséquences sur l’Eglise
Etudions ensemble les dangers de la société moderne qui influencent l’Église et la poussent à adopter un style de vie hybride, à cheval entre la sanctification et le péché.
Une loi a pour vocation de réglementer la vie des citoyens ; elle a un caractère contraignant dans le sens où elle s’impose à tous : « Le but d’une loi n’est pas d’abolir ou de diminuer la liberté, mais de la conserver et de l’augmenter. Là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de non plus de liberté. Car la liberté consiste à être exempt de gêne et de violence, de la part d’autrui : ce qui ne saurait se trouver où il y n’y a point de loi, et où il n’y a point une liberté, par laquelle chacun peut faire ce qu’il lui plaît. Car qui peut être libre, lorsque l’humeur fâcheuse de quelque autre pourra dominer sur lui et le maîtriser ? Mais on jouit d’une véritable liberté quand on peut disposer librement, et comme ont veut, de sa personne, de ses actions, de ses possessions, de tout son bien propre, suivant les lois sous lesquelles on vit, et qui font qu’on n’est point sujet à la volonté arbitraire des autres, mais qu’on peut librement suivre la sienne propre » (propos de John Locke).
Les lois et décisions de nos dirigeants, ou de nos supérieurs hiérarchiques, ne sont heureusement pas toutes mauvaises, et combien même leurs ordres seraient mal intentionnés, il est écrit : « Soyez donc soumis à toute institution humaine, à cause du Seigneur, soit au roi, comme à celui qui est au-dessus des autres ; soit aux gouverneurs, comme à des personnes envoyées de sa part, pour punir ceux qui font mal et approuver ceux qui font bien. Car ceci est la volonté de Dieu, qu'en faisant bien vous fermiez la bouche à l'ignorance des hommes dépourvus de sens comme étant libres, non pour vous servir de la liberté comme d'un voile pour la malice, mais comme des serviteurs de Dieu. Rendez honneur à tous ; aimez tous les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi. Domestiques, soyez soumis à vos maîtres en toute crainte, non seulement à ceux qui sont bons et indulgents, mais aussi à ceux qui sont difficiles. Car c'est une chose agréable à Dieu, que quelqu'un, par un motif de conscience, endure des afflictions en souffrant injustement. Quelle gloire, en effet, vous reviendrait-il, si vous supportez patiemment d'être battus pour avoir mal fait ? Mais si vous supportez patiemment la souffrance pour avoir bien fait, c'est à cela que Dieu prend plaisir. Car c'est à cela que vous êtes appelés, puisque Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces » - 1 Pierre 2.
Certaines lois peuvent être contraires à nos valeurs spirituelles, et nous empêcher d’accomplir le plan de Dieu. Je pense à un frère qui a travaillé pour la Vision mondiale en Mauritanie. Il témoigne qu’il est illégal d’amener une Bible ou oeuvre chrétienne quelconque dans ce pays-là, comme des DVD ou des brochures d’évangélisation. Lui et ses collègues, étant des agents internationaux, devaient se réunir dans les maisons d’une manière très discrète, pour ne pas s’attirer des ennuis. La loi concernant la religion y est contraignante pour les non musulmans qui aimeraient pourtant vivre librement leur foi. Un point important du livre de Daniel nous montre qu’exprimer son point de vue en matière de foi ne plaisait déjà pas dans les temps anciens dès que celui-ci était en opposition avec le pouvoir en place : « Ils prirent la parole et dirent au roi Nebucanetsar : O roi, vis éternellement. Tu as donné un ordre d’après lequel tous ceux qui entendraient le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, devraient se prosterner et adorer la statue d’or. Et d’après lequel quiconque ne se prosternerait pas et n’adorerait pas serait jeté au milieu d’une fournaise ardente » - Dan. 3:9-10.
Le danger est donc que la légalité accepte des valeurs contraires aux commandements de Dieu et que tout le peuple soit contraint de s’y soumettre. Et un autre danger qui en résulte mais d’ordre moral celui-ci, c’est quand un acte est légalisé, il a tendance à ne plus heurter la conscience, car ne dit-on pas que ‘l’habitude crée une seconde nature’...
En psychologie active, on parle de la socialisation d’une tendance, c’est-à-dire que si vous avez une tendance mauvaise au lieu de la refouler, vous pouvez la socialiser. Si un homme a une forme de violence intérieure cachée, il peut socialiser cette tendance en une activité sportive, telle que les arts martiaux, la boxe, etc. Même s’il blesse son adversaire pendant le combat, il n’est pas inquiété. Alors que s’il avait volontairement blessé une personne en dehors du ring, il aurait été arrêté, jugé et mis en prison.
Les mentalités doivent évoluer, la sexualité aussi doit connaître une certaine forme d’émancipation, dit-on. Des mouvements puissants à l’influence politique certaine ont travaillé d’arrache pieds et continuent pour que les habitudes sexuelles changent. Il y a plusieurs années, l’homosexualité, la pédophilie, la zoophilie, et autres perversions sexuelles étaient considérées comme des actes contre nature, des déviations comportementales que la loi punissait. Mais avec l’influence des mouvements de défense des droits de l’homme en matière de liberté, l’homosexualité et le transgenre ont curieusement évolué. Pour ceux qui l’ignorent, le transgénérisme est le fait pour une personne de s'identifier, au moins en partie, à d'autres genres que celui attribué à sa naissance et d'en adopter le mode de vie. Une personne transgenre est ainsi une personne qui adopte une identité de genre non liée à son sexe de naissance, mais sans nécessairement subir de chirurgie de réattribution sexuelle. La Bible fait mention des efféminés, car Dieu a, de tout temps, condamné cette déviation ; la preuve en est Sodome : « Ne vous abusez point ; ni les impurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les larrons, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs n'hériteront le royaume de Dieu » - 1 Cor. 6:10.
Nos ancêtres considéraient de tels comportements comme répréhensibles et classés comme pervers ; puis, ils sont devenus des maladies psychiatriques à traiter ; et aujourd’hui, ils sont considérés comme normaux au point d’être légalisés. C’est une des caractéristiques de notre siècle que tous les désirs du coeur de l’homme finissent par trouver une voie légale d’expression, car tout ce qui est socialement accepté va rendre la conscience tranquille. Or, ni la socialisation d’une mauvaise tendance, ni sa canalisation vers un but détourné, ne va couper la racine de son mal. Ce n’est qu’une simple diversion, car le péché demeure dans le coeur de l’homme qui n’en est pas pour autant libéré. La légalisation du péché d’homosexualité ne règle pas le problème des homosexuels, et le comble c’est qu’il est couvert par la loi qui autorise les mariages entre hommes ou entre femmes. C’est un phénomène en ce début de siècle qui se répand sur toute la planète.
Quand le mal est encouragé par des lois, il risque d’être confondu avec le bien, même au sein de l’Eglise, surtout chez les faibles et les jeunes mal affermis dans l’amour et la Parole de Dieu. Et comme nous croyons que l’âme ne peut pas être heureuse quand elle vit dans le péché, malgré le fait que la législation du pays la disculpe, nous devons donc haïr le péché avant qu’il nous atteigne : « Car la crainte de Dieu, c’est la haine du mal », « Ayez le mal en horreur, attachez-vous fortement au bien » - Pr. 8:13, Rom.12:9.
La légalisation du péché va aussi forcément entraîner des compromis ou des arrangements au sein d’un groupe tel que la famille ou une entreprise. En Afrique du Sud, par exemple, du temps de l’apartheid, les chrétiens blancs trouvaient normal de penser que c’était dans l’ordre naturel des choses qu’il y ait un dominant qui opprime, et en face de lui, un opprimé qui soit son esclave.
Avant d’être spirituel, l’homme est avant tout charnel. Il adhère ainsi facilement à tout ce qui est d’abord physique plutôt qu’à ce qui est spirituel, il comprend mieux ce qui est concret avant de comprendre ce qui est abstrait, or la loi de Dieu bien qu’abstraite, elle est vivante et gravée dans le coeur du croyant. Elle est sans contrainte apparente tandis que la loi des hommes détient un caractère contraignant qui influence la conduite, met la pression, et change le regard des autres sur nous, au cas où nous ne nous y conformerions pas.
Nous, chrétiens, devons donc user de discernement quant aux lois prises par les hommes, afin de vérifier si elles sont bonnes ou mauvaises, surtout si elles vont entrer en opposition à la volonté de Dieu : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rom. 12:2) - « Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » - 1 Thes 5:21. Même au sein de l’Église, il existe des doctrines d’hommes qui vont outrepasser les conseils de Dieu, qui vont tolérer certaines formes de péché, tout cela dans le but de s’adapter ou d’attirer la foule, quitte à faire mourir spirituellement les membres mal affermis.

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 13:44
Tu es Pierre d'aujourd'hui de Douglas Kigabo, Rwanda

"Tu es Pierre d’aujourd’hui" est le premier livre de l’auteur basé sur la Bible. En partant de sa propre expérience, puis en étudiant la personne de Pierre et ses relations avec Jésus, il va nous conduire dans la découverte d’un Dieu riche en grâce et miséricorde, qui appelle à son service des hommes imparfaits, mais qu’il équipe puissamment pour parvenir à réaliser ses desseins.

Nous avons tous une destinée glorieuse en Christ, quels que soient notre passé et nos faiblesses. Douglas nous invite à découvrir les ressources dont Dieu dispose pour conduire chacun à participer au plan divin préétabli avant les siècles, et ainsi saisir sa propre destinée.
Douglas est économiste de formation et de carrière. Il a enseigné l’économie dans plusieurs universités du Rwanda ; il a dirigé et dirige encore plusieurs travaux de recherche académique ; il a servi dans le secteur public et privé au Rwanda et Il est actuellement dans le domaine du développement international. En plus de sa riche expérience professionnelle dans le domaine économique, Douglas est enseignant et un conducteur passionné de louange et adoration depuis plus de 10 ans. Depuis 2010, il sert Dieu au sein de l’église locale Wells Salvation Church Rwanda en qualité de pasteur et conducteur de louange et d’adoration.

Pour commander directement ce livre : http://www.editionsoasis.com/Tu-es-Pierre-d-aujourd-hui-cblaaakPc.asp

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 18:39

Le christianisme paganisé ?

Une étude poussée de Franck Viola et George Barna qui ont essayé de comprendre, depuis les débuts de l'ère chrétienne, le mode actuel de fonctionnement de l'Eglise au sein des différentes communautés qui la composent (évangéliques, pentecôtistes, protestantes, etc.)

Livre en vente chez l'éditeur à cette adresse :
http://www.editionsoasis.com/Le-christianisme-paganise-cbvaaaiCd.asp

 

Explorer les racines de nos pratiques d'église

Vivons-nous vraiment l'église "conformément à la Bible" ?
Pourquoi le pasteur prêche-t-il à chaque office?
Pourquoi les offices semblent-ils si semblables semaine après semaine ?
Pourquoi l'assemblée demeure-t-elle assise passivement?

Vous n'en êtes pas si sûrs? Ce livre fait une suggestion inquiétante: la plupart des usages ponctuant la vie des chrétiens d'aujourd'hui chaque dimanche à l'église sont enracinés, non pas dans le Nouveau Testament, mais dans la culture et les rituels païens développés longtemps après la mort des apôtres. Les auteurs Frank Viola et George Barna soutiennent leur thèse au moyen de preuves historiques convaincantes et de riches notes qui documentent les origines de nos pratiques modernes d'église chrétienne.
Ce faisant, les auteurs discernent les problèmes qui surgissent lorsque l'église fonctionne plus comme une entreprise qu'un organisme vivant, qu'elle fut appelée à être. Tout en reconsidérant le projet révolutionnaire du Christ pour Son église - être la tête d'un corps pleinement opérationnel dans lequel tous les croyants jouent un rôle actif -vous serez mis au défi de décider si vous pouvez encore vivre l'église de la même façon.

Décanter la vérité de la tradition

Beaucoup de chrétiens prennent pour acquis que les pratiques de leur église sont ancrées dans l'Écriture. Pourtant, ces pratiques sont très différentes de celles de l'église du premier siècle. Le Nouveau Testament n'est pas muet sur la façon dont l'Eglise primitive a exprimé librement la réalité du Christ résidant intérieurement d'une manière qui a secoué le monde du premier siècle. Les temps ont changé. Le Christianisme paganisé? nous conduit dans une plongée fascinante à travers l'histoire de l'église, révélant cette vérité surprenante et troublante: de nombreuses traditions ecclésiales vénérées adoptées aujourd'hui proviennent non pas du Nouveau Testament, mais des pratiques païennes. Un des résultats les plus troublants a été l'effet sur les croyants moyens: ils ont été transformés en observateurs passifs alors qu'ils étaient appelés à vivre les expressions de la gloire et de la puissance de Christ. Si vous voulez voir cette tendance s'inverser, lisez Le Christianisme paganisé? un livre qui examine et remet en question tous les aspects de notre expérience de l'église actuelle.
165 X 235 mm, 316 pages
Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 22:35

Pour que personne ne se prive du Seigneur !
Des témoignages qui révèlent l'amour et la puissance

de Dieu en Jésus-Christ.
Couverture CDSM net 
  

TRENTE PERSONNES TÉMOIGNENT DE CE QUE DIEU
A FAIT DANS LEUR VIE.
ILS ATTESTENT QUE JÉSUS-CHRIST EST VIVANT.

200 pages - format 16 x 24 cm - papier glacé - couleurs - 18 €
Pour commander, cliquer ici. Extraits du livre envoyés sur demande.

 

Note de l'éditeur : Les témoignages de cet ouvrage demeurent la propriété des auteurs.
Leur interprétation des faits leur appartient entièrement et ne saurait leur être opposée.

Pour toutes questions sur les témoignages, vous pouvez vous adresser à leurs auteurs
via ce blog qui leur transmettra votre demande,
ou directement si leur adresse mail ou téléphone est indiquée dans le livre. 

email.

Couverture CDSM net

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 23:13

lislamdanslelivredelapocalypse.jpg

Pendant que de nombreux investigateurs en prophéties bibliques recherchent dans la mauvaise direction, l’empire islamique Ottoman blessé à mort en 1924 revient à la vie et se prépare à attaquer Israël dans la bataille finale de l’Har Meguido. Guerres civiles, persécution des Juifs et Chrétiens en Afrique et au Moyen Orient sont les signes de la résurrection de la Bête finale!

Des théories totalement nouvelles et solides rendent cette étude, à la fois intéressante et intellectuellement provocatrice:

• Le Mystère levé sur la très secrète Babylone Saoudienne.
• L’Abomination établie sur le lieu Saint provoquera un djihad mondial.
• Le secret de l’immortalité, la septième trompette et l’année du jubilée.
• La nature islamique de l’anti-Messie qui siègera dans la mosquée du Mont du Temple.
• Le ressurgissement du conflit entre les frères jumeaux Jacob et Edom au travers de la guerre perpétuelle Israélo-Palestinienne.

Ce livre est le résultat de cinq années de recherche. Dans son ouvrage, l’auteur va rechercher l’essence même du message biblique laissant de coté les théories classiques et figées, en utilisant un esprit scientifique et en abordant les écritures d’un point de vue hébraïque.

Lisez ce livre avec un esprit ouvert, laissez-vous interpeller par ses approches honnêtes et bien étudiées. Vous verrez alors que les prophéties bibliques des temps finaux s’imbriquent parfaitement avec la géopolitique actuelle du Proche et Moyen Orient.

Fabrice Statuto a travaillé plusieurs années en algorithmique et pogrammation informatique. Son amour pour Israël l’a converti en investigateur sur la géopolitique du Moyen-Orient et expert dans les prophéties bibliques.

Vous pouvez acheter ce livre ici : http://www.islam-bible-prophecy.com/apocalypse/
ou chez l'éditeur : http://www.editionsoasis.com/L-Islam-dans-le-livre-de-l-Apocalypse-cdsaaaiXa.asp?v1=islam

 

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 14:31

Il y a 5300 ans Hénoch a écrit les révélations qu'il a reçues de Dieu. C'est un livre inspiré au même titre que les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, mais qui n'était pas découvert quand tous les livres de La Bible ont été regroupés en forme de livre.

Pour lire les révélations d'Henoch, suivez le lien : http://misraim3.free.fr/judaisme/Le_Livre_des_Secrets_d_Henoch.pdf

Livre-face-Paroles-cachees.jpg

Michel Genton dévoile les trésors spirituels cachés dans les révélations d'Henoch, le septième depuis Adam, présentés en 105 chapitres.

C’est un ouvrage de 400 pages que vous pouvez commander ici :

http://revelationbible.fr/henoc/henoch.html

La découverte par James Bruce en 1773 de trois exemplaires du livre d’Hénoch en éthiopien (manuscrit du IIIème siècle) avec les passages grecs du livre d’Hénoch conservés par Georges Syncellus (IVème siècle) qui ne furent publiés qu’en 1606 ; les fragments de la Bibliothèque Vaticane furent publiés en 1846,  ainsi que d’autres fragments latins, syriaques et coptes attestent l’existence de ce fabuleux manuscrit et récit. En 1977, on trouve parmi les manuscrits de la mer Morte des fragments araméens du livre d’Hénoch (4Q201). Ils attestent la présence de ce livre dans la littérature du judaïsme ancien et plus précisément durant la période du Second Temple. Pendant des siècles juifs et chrétiens ont puisé des richesses spirituelles dans le livre d’Hénoch. Il a servi à leur foi, à leur instruction, à leur espoir et à leur spiritualité.

En revisitant le livre d’Hénoch, le pasteur Michel Genton dévoile des trésors spirituels cachés dans ces vieilles pages. Il nous fait découvrir les mondes spirituels et célestes du livre d’Hénoch. Il nous permet de contempler de nouvelles images célestes chargées de symboles révélateurs. Michel Genton ne se livre pas à des interprétations exégétiques, théologiques complexes, mais à une relecture faite à partir de sa foi, de ses croyances et à la lumière des Écritures. Les commentaires de Michel Genton ont pour objectif de vous fortifier spirituellement. Il a fouillé dans des dizaines et des centaines d’informations, livres, articles, discussions etc… pour étudier le livre d’Hénoch. Son ouvrage est le fruit d’intenses recherches et d’heures d’étude passées à lire et à relire ce vieux manuscrit.

Ce vieux livre d’Hénoch a un message inédit à délivrer à notre génération.

Livre-4eme-couv-Paroles-cachees.jpg

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:21

Qu'est-ce que le voile de la femme
au sein des assemblées chrétiennes ?


Michel Cournoyer lève le voile sur cette question qui a fait couler beaucoup d'encre et dont les nombreuses et longues explications et n'ont pas toujours réussi à nous sortir du débat. Cette question a même provoqué des querelles dans les églises. Nous espérons que les réflexions de Michel parviendront à éclairer ceux et cellequi n'avaient pas encore bien compris le rôle physique des petits membres que sont les cheveux...

Anselm Feuerbach 005

Sans entrer dans les détails (son étude fait 17 pages format A4), il nous partage cependant ses réflexions et remarques pertinentes pour éclairer le chapitre 11 de 1 Corinthiens. Ses réponses coulent de source car elles s'appuient sur les Ecritures et les révélations qu'il a reçues du Seigneur - comme beaucoup d'autres chrétiens les ont aussi reçues. Elles deviennent évidentes pour autant que nous les recevions en ayant pris soin de "virer" au préalable l'esprit de religiosité ou d'orgueil spirituel qui se serait tapis en nous.

La réponse à la question concernant le voile de la femme est révélée à la fin du chapitre 11 de l'épitre aux Corinthiens, dans le Nouveau Testament. Il suffit de lire jusqu'à la fin, mais si néanmoins il plaît à des personnes de contester (et c'est le cas de nombreux chrétiens), ce n'est pas l'habitude des Eglises de Dieu.

Ci-dessous le lien où vous pourrez lire et imprimer cette étude. Faites-vous une opinion et partagez si vous appréciez ! Et si vous n'appréciez pas, restons quand même bons amis...

http://eglises-maison.com/uploads/13_Voile.pdf 

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 20:51

La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle.  (Albert Einstein)

Ne restons plus ignorants sur la création du monde
telle que notre Seigneur
nous l’a résumée
dans les premiers chapitres du livre de la Genèse !

L’ordre de la chronologie biblique correspond exactement
à toutes les découvertes faites par la Science.


Ce livre a été écrit par un scientifique  chrétien pour ceux qui souhaitent recevoir une explication cohérente sur la création de l’univers jusqu’à Adam, le premier homme créé à l’image de Dieu ; les êtres dits humains qui ont précédé Adam n’avaient pas été créés à Son image. C’est cette information qu’il nous manquait et bien d’autres encore dévoilées dans ce livre, pour comprendre les millions d’années de « construction » pendant lesquelles Dieu était à l’oeuvre afin que l’univers et notre terre tournent parfaitement ensemble pour le bonheur des hommes. Cette grande période est passée sous silence (elle est résumée en 7 jours) car La Bible n’a pas pour mission de nous expliquer en détails ces temps de conception. Cependant la curiosité et l’intelligence des savants les ont poussés, et les poussent encore, à vouloir comprendre les lois de l’univers pour les utiliser bien évidemment, mais aussi tenter de percer le mystère de la vie.

 

LE COMBAT CRéATIONNISME / éVOLUTIONNISME NE DEVRAIT PLUS AVOIR LIEU, CAR IL Y A EU :
CRéATION  et éVOLUTION
ET NON : CRéATION OU EVOLUTION.
 

« CREATION ET EVOLUTION »

par le Professeur Ph. GOLD-AUBERT

(Extraits) 

 

En lisant ce livre, vous y découvrirez que SCIENCE ET FOI ne peuvent pas être en opposition, mais bien plutôt en complémentarité puisque la Science nous permet non pas d’« expliquer » Dieu, mais tente de comprendre la Création et son fonctionnement. Ne restons plus ignorants sur la création du monde telle qu’elle est résumée dans les premières lignes du livre de la Genèse ! L’ordre de la chronologie biblique correspond exactement à toutes les découvertes faites par la Science.

 

Introduction

Devant la confusion constatée, il nous est apparu comme nécessaire d’essayer de rapprocher les points de vue de la science et de La Bible considérée comme Parole inspirée et dictée par le Saint-Esprit à divers hommes choisis par Dieu. Il est en effet impensable que cette Parole Vérité puisse être en contradiction avec les recherches les plus exactes que la science a contrôlée de mille manières, dans de nombreuses disciplines, et par tant de savants compétents.

L’une des difficultés essentielles est le manque d’objectivité et de connaissance scientifique de certains croyants, incapables de consentir à réviser des bases anciennes souvent fausses que la religion a maintenues constamment contre vents et marées dans les églises chrétiennes (voir l’exemple de Galilée).

Nous croyons que cet ouvrage sera utile à beaucoup de chercheurs sincères, croyants ou non, et surtout à des jeunes gens chrétiens plus ou moins perturbés dans leur foi familiale par des études secondaires ou universitaires, qui sont parfois destructrices pour la foi. 

 

Genèse 1 :1-2 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide ; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. »

L’introduction est donnée dans les deux premiers versets du chap. 1. Elle nous présente le Dieu créateur sous le nom pluriel d’Elohim. On pourrait très bien y voir le Dieu tri-personnel des chrétiens : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Dans Genèse chap. 2, ce même Dieu est nommé Jahvéh (JHVH) ; c’est Lui qui va créer personnellement, et d’une manière nouvelle dépassant les lois biologiques, l’homme Adam, le premier être capable de recevoir l’Esprit.

Après cette brève introduction, l’auteur décrit les 6 longs jours du travail de Dieu, divisés en 2 groupes de 3. Chaque jour commence par un soir et finit par un matin. La première de ces deux séries commence par la lumière-rayonnement, la deuxième par la lumière solaire, si importante pour la vie terrestre. La première série correspond à la mise en place du monde de la matière, pour aboutir à l’arrivée de la vie ; la deuxième série décrit l’évolution de la vie, pour aboutir à l’homme. L’ère de la matière précède celle de la vie.

Et à la fin, l’être humain étant apparu, l’auteur parle d’un septième jour cosmogonique, le grand sabbat de Dieu qui, cette fois-ci, ne se termine pas par un nouveau matin. C’est l’attente de Dieu, jusqu’au grand matin final ; le temps immense de la patience de Dieu, celui du développement de l’homme, celui où nous sommes encore, et c’est l’histoire de la vie spirituelle de l’humanité qui commence. […]

 

Genèse 1 :3 : « Dieu dit : Que la lumière soit ! et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres… »

Là, nous assistons au premier acte de Dieu : Il va créer la lumière. C’est bien là la forme la plus élémentaire de la matière, de la prématière, en quelque sorte la première matérialisation de l’énergie. La lumière, ce n’est pas seulement celle que nous voyons de nos yeux, c’est tout l’univers des ondes, dont notre siècle a découvert les incroyables possibilités d’utilisation. La vitesse de la lumière (la plus grande qui soit possible) est d’environ 300 000 km par seconde.

La lumière est ainsi « séparée » des ténèbres. C’est elle qui crée cette différence : il y a la lumière et la non-lumière ; voilà le premier résultat du travail et du concept de Dieu : l’Esprit qui se mouvait a décidé de créer le rayonnement. C’est le premier saut dans ce qui s’appelle «matière». L’équation d’Einstein E=mc² va devenir possible. La masse va apparaître, l’électron n’est pas loin […]

 

Depuis quand l’Eglise est-elle dans l’ignorance des découvertes scientifiques et s’y complaît-elle (d’une manière générale) ?

Le problème de la condamnation de Copernic et de Galilée allait donc bien au delà du fait scientifique qui devait pourtant bientôt obliger le monde chrétien à réviser l’idée que la terre était statique au centre du monde. Galilée était aussi un chrétien sincère ; il expliquait sainement les rapports science et foi. Sa condamnation fut une erreur tragique qui a maintenu jusqu’à nos jours nombre de soupçons qui conduisirent finalement à la rupture entre science et foi. C’est cette rupture qui a maintenu le peuple chrétien dans l’erreur et dans l’ignorance, et qui a contribué au retard constant des croyants par rapport aux découvertes scientifiques, réalisées souvent, hélas, par des athées.

De nos jours des théories farfelues circulent sans cesse dans divers groupes de chrétiens évangéliques, pour combattre et dénigrer les véritables découvertes modernes par des affirmations tendancieuses, du genre de celles qui ont entraîné la condamnation injuste de Galilée. Dès lors, suspecter les découvertes, rester constamment en arrière par rapport à la technique, craindre la recherche pour « sauver » la foi, sont des attitudes irréversibles chez les théologiens. Au lieu de mener le monde et de devenir la véritable éthique devant présider à toutes les activités humaines, la religion s’est bloquée dans son essor. La tâche des théologiens était de découvrir les lois spirituelles et les lois sociales, comme les scientifiques ont découvert et utilisé les lois physiques, chimiques ou biologiques. Au lieu de dissocier, il faut rapprocher. Au lieu de diviser, il faut unir. Au lieu de se cramponner au passé, il faut chercher à marcher la main dans la main vers la construction de l’avenir.

L’Eglise ne fera plus rien sans la technologie ; mais la science ne fera rien de bon pour l’homme sans une véritable éthique humaine : l’éthique chrétienne. Ce n’est pas une religion statique et rituelle qui va résoudre les grands problèmes éthiques qui se posent à l’homme moderne. Le ritualisme archaïque est inévitablement destiné à disparaître dans un très proche avenir […]

 

Pour combien de temps encore cette incompréhension entre scientifiques

« athées » et chrétiens « ignorants » ?

N’est-il pas tragique de lire les déclarations de certains scientifiques athées qui se moquent de La Bible parce que l’Eglise (soi-disant infaillible) a soutenu durant des siècles la théorie de la génération spontanée comme « manifestation de la volonté divine », selon Saint Augustin ? Lénine lui-même a dû reconnaître que ces idées erronées étaient tirées des théories d’Aristote et non des écrits bibliques : « les scolastiques et les ecclésiastiques s’emparèrent de ce qui était mort chez Aristote, et non de ce qui était vivant », dit-il.

D’autre part, les idées de Saint Thomas d’Aquin ont empêché des siècles durant tout progrès scientifique, en affirmant comme un dogme intangible que les êtres vivants étaient issus de la matière inanimée après animation par un principe spirituel : ainsi disait-on par exemple que des matières en putréfaction produisent des insectes, des vers, des souris et des scorpions ! Il existait même des recettes pour faire naître des canards et des oies, à partir de certains végétaux, et jusqu’en 1700 existaient des recettes pour produire des souris à partir des grains de blé… Cela nous montre combien les savants ont de la peine à penser que la vérité peut être soutenue dans les Saintes Ecritures, car ils s’imaginent que l’Eglise avait tiré de La Bible ces théories fantaisistes. En réalité elle les avait héritées des Grecs et des Romains. La Parole de Dieu ne parle jamais de tels concepts biologiques.

D’un autre côté nous ne pouvons donner raison aux scientifiques qui prétendent qu’il existe une génération spontanée de la vie et en acceptent la possibilité. Là ce sont eux qui sont retardataires. Car comme l’a montré Pasteur pour les infections, il faut qu’il y ait des bactéries pour que ces processus se développent. La matière inerte est incapable de les produire. Comment donc générerait-elle la vie ? […]

 

Et voici l’eau !

Le résultat final du refroidissement progressif de notre écorce terrestre et de notre atmosphère fut l’apparition de «l’eau, puis du sec» dont parle le verset 9 de la Genèse. Mais auparavant, et durant des milliards d’années, notre terre, qui était à l’origine un peu de plasma, s’est transformée par d’innombrables réactions de chimie nucléaire, puis de chimie minérale, pour réaliser l’écorce protectrice dont nous parlions plus haut (un peu comme la coquille d’un œuf). Cette coquille, au fur et à mesure du refroidissement, a atteint la température de 100°C, à partir de laquelle l’eau a pu se condenser peu à peu. […]

 

La dérive des continents

La surface de notre terre a bien changé avec le temps. Il y a environ 200 millions d’années, il n’y avait qu’un seul continent, la Pangée, et le reste n’était qu’un seul océan, Thétys. La chaleur était grande au centre des terres immergées, au point que des fentes s’y produisirent sous les poussées telluriques, et que la mer se précipita à l’intérieur des terres. Le continent fut ainsi fractionné en plusieurs morceaux qui se mirent à dériver, donnant peu à peu nos mers, nos îles et nos divers continents actuels.

En même temps, de violents mouvements de l’écorce terrestre se sont produits, qui nous expliquent pourquoi d’anciens fonds marins se retrouvent aujourd’hui transportés jusqu’aux sommets de nos montagnes, et même à 5 500 mètres d’altitude dans l’Himalaya… Le golfe du Bengale est à 1 000 km au moins de cet endroit… et pourtant on retrouve des fossiles de lys de mer, des oursins et des bivalves dans les roches du Népal ; sans compter les coraux et les foraminifères, un plancton des mers chaudes ! Il faut donc bien admettre que ces rochers étaient autrefois des fonds marins, puisqu’on retrouve même les marques des vagues sur les plages à certains endroits, comme si les vibrations des vagues étaient là, pétrifiées à 2 000 mètre d’altitude. Quelle force a pu pousser ces fonds marins à de telles hauteurs ? […]

 

Genèse 1 :14 : « Dieu dit : Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel pour séparer le jour d’avec la nuit… v 16 : Dieu fit les deux grands luminaires… »

L’atmosphère va s’enrichir pendant des millions d’années en oxygène. Toute la verdure se comporte comme un immense poumon, absorbant le CO2 et rejetant l’O2, exactement à l’inverse de ce dont ont besoin les animaux, qui absorberont l’oxygène pour rejeter le gaz carbonique.

Nous avons vu que la concentration de l’oxygène allait constamment augmenter, jusqu’à atteindre la valeur de 20 % de notre atmosphère actuelle. Il manquait encore un élément pour que survienne une modification capitale dans la végétation : l’apparition de la lumière solaire. A un moment donné, l’énorme couche de nuages (dus à l’évaporation constante qui se produisait dans cette espèce de grande serre) s’est déchirée. […]

La phrase « Dieu fit les deux grands luminaires » ne contient pas l’idée de « bara » (faire sortir de rien), mais plutôt celle de faire apparaître. Dans la photosphère initiale, les nuages s’effritent peu à peu et disparaissent souvent du ciel, tandis qu’apparaissent les astres et surtout le soleil. Dès lors seront bien définis les jours et les nuits, les saisons, les années, dans leurs rythmes respectifs qui resteront inchangés jusqu’à nos jours.

 

Datations

Les météorites ont permis de montrer par l’analyse des variétés isotopiques du plomb que l’âge de la croûte terrestre est du même ordre que la leur, soit 4,7 milliards d’années. Les mêmes chiffres ont  été obtenus pour les roches lunaires dont on a ramené des échantillons. En ce qui concerne les organismes fossiles, les datations sont beaucoup plus faciles que pour les déterminations de l’âge des roches. La méthode au carbone 14, qui a été parfois décriée, offre malgré quelques imperfections une sécurité généralement très grande, car les lois de la radioactivité sont immuables […]

 

Genèse 1 :20 : « Dieu dit : Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que les oiseaux volent sur la terre vers l’étendue du ciel. Dieu créa (bara) les grands poissons (tanninims ou monstres marins) et tous les animaux qui se meuvent… ce fut le cinquième jour. »

Comment mieux décrire ce que nos paléontologues d’aujourd’hui connaissent maintenant si bien: toute cette période qui va du permien à la fin du crétacé, soit entre – 250 et – 100 millions d’années, qui vit la suprématie des grands sauriens. Ces monstres, vraiment sortis des mers, amphibiens gigantesques, plésiosaures, dinosaures, ptérodactyles, kangourous ailés, crocodiles énormes… Et là encore, l’ordre de la chronologie biblique correspond exactement à toutes les découvertes faites dans la nature à l’ère secondaire. Le système des branchies, propre aux animaux aquatiques, va être complété par l’apparition de la respiration pulmonaire […] Nos tortues et nos lézards actuels sont des rescapés de ces espèces autrefois géantes qui dominaient les bords des océans primitifs […]

Au milieu de ce sixième jour cosmogonique, toute la variété de la vie est instituée. Des multitudes d’espèces, déjà très évoluées, recouvrent la surface de la terre… Il n’y a pas là de hasard, mais une évolution guidée, progressive, édifiée avec un savoir stupéfiant… Tout se met en place pour la finale de ce merveilleux édifice.

 

Et voici l’homme !

Genèse 1 :26 : « Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… il créa l’homme et la femme… »

Maintenant c’est l’heure H. Parmi les primates, les créatures les plus intelligentes, au cerveau le plus développé, il va apparaître une nouvelle dimension à la vie, un maître intelligent et capable de gérer, de contrôler, de prévoir… l’être humain […] L’abondance du matériel fossile actuellement découvert montre que les premiers hommes se sont séparés des autres primates il y a environ 4 millions d’années. L’Homo Sapiens, lui, n’a été retrouvé que depuis 100 000 ans […] On peut certifier actuellement que l’Australopithèque n’était pas un homme, mais bien un Homo Hamabilis (qui crée des outils de façon logique). D’autre part, jamais un animal ne peut en concevoir, ni même construire une phrase cohérente. Jamais non plus un singe, même s’il arrive à comprendre une centaine de signes, ne pensera à les associer pour construire des phrases intelligentes… Lucy, il y a 3,5 millions d’années, était un anthropoïde femelle […] Finalement il y a 35 000 ans environ, apparaît l’Homo Sapiens Sapiens, en tous points semblable à nous […]

Au verset 7 de Genèse 2, nous sommes à la création d’un homme unique, nouveau, qui sera spécialement dénommé par Dieu : ADAM, par la suite. […]

Pour son éducation, Dieu le place en un endroit spécial, bien précis du Proche-Orient, et dont on peut déterminer presque exactement la position entre le Tigre et l’Euphrate, quelque part dans l’Irak actuel… cette région est bien le siège des civilisations prestigieuses de l’Antiquité, et à l’origine du Croissant Fertile qui devait conduire à la civilisation moderne. Cet être nouveau, ce Fils de Dieu bien-aimé, avait en somme la mission du Christ, et s’il a échoué dans sa mission, c’est le second Adam qui la réussira pleinement : révéler que Dieu est Amour. […]

 

La chute

C’est vraiment un événement capital dans l’histoire de l’humanité. Il semble qu’avant les plantes, les animaux et les hommes, existaient encore d’autres créatures d’un niveau supérieur, et dépourvues de corps physique : les anges. Beaucoup de textes bibliques y font allusion, et deux particulièrement peuvent nous aider à comprendre la chute (Esaïe 14 et Ezéchiel 28) […]

Pour Adam, la conséquence de la chute, son châtiment immédiat, ce sera l’exclusion du jardin qui avait été créé spécialement pour lui en Eden. Adam et Eve puis leurs descendants vont se trouver errants sur le reste de la terre, au milieu des hommes et des animaux sauvages, sur une terre ingrate, qu’ils vont tout de même « domestiquer » en quelque 6000 ans. Mais quelle bataille à l’aveuglette, quelle perte de temps et de forces, avec ces luttes fratricides continuelles ! Et non seulement contre les forces de la nature, mais contre des clans d’hommes de toutes sortes, se battant pour dominer les autres, à l’image du système satanique qui va servir de modèle institué, consciemment ou non […]

Nulle part il est écrit que Adam fut le premier homme, mais il est dit qu'il fut le premier à être créé à l'image de Dieu. Ce qui est complètement différent !

Il est intéressant de remarquer que, contrairement à la tradition disant qu’Adam fut le premier homme, La Bible parle de la fuite de Caïn après son crime, et de sa peur des autres hommes qui le tueraient s’il quittait sa tribu… Dieu le rassure, et il s’en va construire une ville, le première semble-t-il, la ville d’Hénoc, nom de son fils aîné. Une ville se construit avec des habitants… donc que la terre était alors bien peuplée, et qu’un fils ne peut lui avoir été donné que par une femme autre qu’une sœur ! […]

Les questions que nous pose la chute sont nombreuses : ses raisons, la permission de Dieu pour que l’homme demeure libre et fasse toutes ces expériences, le rôle « éducatif » de Satan, du mal, de la lutte constante pour que le bien gagne péniblement ; tout cela reste très mystérieux. Seul le retour à la communion d’amour avec Dieu peut effacer, pour ceux qui se plient à son plan rédempteur, les jugements issus de la chute, mais, hélas, aucune de ses conséquences. La voie de la connaissance du bien et du mal devait être, pour chaque être humain, complétée par la voie de l’arbre de Vie, et seul le Christ a pu l’ouvrir, par son amour inconditionnel à Dieu, parce qu’Il en est digne, et seul Il peut nous procurer la vie éternelle refusée à Adam et Eve. […]

 

Actuellement, où en sommes-nous ?

Notre planète est plutôt dans une période de réchauffement, et les glaciers perdent encore chaque année quelques pour cent de leurs poids. La prochaine glaciation est prévisible pour l’an 20 000 environ. Nous voyons combien l’équilibre est fragile à la surface de la terre : il faut si peu de chose pour passer chez nous d’une température moyenne de 15 degrés à – 50 degrés ! La surface de la terre est donc loin d’être immuable, comme nous le pensons, vu la brièveté de nos vies et de nos civilisations par rapport aux durées cosmiques. Notre civilisation traverse une période particulièrement favorable qui n’est pas étrangère au développement actuel de sa technologie […]

Nous ne dépendons pas d’un caprice quelconque de l’homme, serait-ce la puissante bombe à hydrogène ou autres épouvantails écologiques… nous dépendons d’un ordre impeccable que Dieu a voulu, et toute cette création ne passera que lorsque Son Plan sera pleinement achevé, et non au gré des fantaisies plus ou moins criminelles de quelques petits hommes […]

Nous sommes dans le septième jour cosmogonique où, nous est-il dit : « Dieu acheva au septième jour son œuvre qu’il avait faite ; et Il se reposa… » Nous vivons normalement dans le Jour du repos de Dieu, et cela peut durer très longtemps, sans que nous ne puissions rien y changer… Il attend… Toute la suite de La Bible ne sera que la petite histoire de l’homme, avec ses combats, ses échecs et ses réussites. Et surtout le dessein extraordinaire de l’Esprit de Dieu, qui va accompagner d’un amour particulier cette petite créature merveilleuse qui est l’aboutissement et le but de toute sa création antérieure, comme une sorte de joyau qu’Il aurait extrait de la gangue matérielle, tout étant conçu dans ce but […]

Extraits sélectionnés par O. D.M.

 


 

Philippe Gold-Aubert a fait une carrière de chercheur scientifique en chimie pharmaceutique et a enseigné pendant 21 ans à l’Université de Genève. D’autre part, une activité socio-religieuse importante l’a amené à s’occuper de milliers de personnes. Enfin de nombreuses conférences sur des thèmes de science et de foi lui ont permis de rassembler une vaste documentation dont l’essentiel est résumé dans ce livre. Son dernier ouvrage: Les 3 Adams - Son site internet : http://www.science-foi.org/publications.shtml - Agé, l’auteur est décédé en automne 2009.
CREATION ET EVOLUTION : 230 pages (avec images en couleurs et noir et blanc) - Prix : 25 euros + 5 euros frais d’envoi. Remise par quantité. En vente ici. N'oubliez pas d'indiquer vos coordonnées postales complètes.

Repost 0
Published by La Redac L'Echo - dans Livres
commenter cet article

Témoignages