Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Echo des Chrétiens
  • L'Echo des Chrétiens
  • : Jésus-Christ : le Dieu vivant qui transforme les coeurs et qui opère toujours des miracles dans la vie des hommes. Des chrétiens témoignent.
  • Contact

Mots Clés

Si vous souhaitez publier votre propre livre

Si vous avez le projet d'écrire et d'être accompagné dans votre démarche, ou si vous avez déjà écrit votre manuscrit, mais que celui-ci nécessite une relecture avant son édition finale, vous pouvez nous adresser votre texte, par email, avec vos coordonnées complètes. En retour vous recevrez un devis calculé sur le degré de corrections à lui apporter.

Vous pourrez ensuite l'adresser à un éditeur, ou l'auto-éditer, ou le faire tout simplement imprimer pour le distribuer vous-même. Nous pourrons vous conseiller, si vous le souhaitez.

Votre fichier doit être saisi sous Word, .doc, caractères taille 12, marges 2,5 cm, format A4.

Adresse email : lechodeschretiens@orange.fr

/ / /

La vie abondante en Jésus-Christ

 Jésus dit :
« Je suis venu, pour que mes brebis aient la vie,
et qu’elles soient dans l’abondance. Je suis le bon berger... »
(La Bible, NT, Jn 10:10)
 
            Trois mots nous interpellent : mes brebis - la vie - dans l’abondance. D’emblée nous comprenons que Jésus a un troupeau, il a ses brebis. Et à celles-ci, il donne la vie, ce qui sous-entend qu’elles ne l’avaient pas. Dans quelle perspective ? Qu’elles soient dans l’abondance, dans la plénitude, dans le rassasiement. Les antonymes du mot abondance pourrait être disette, manque ou pauvreté. Nous comprenons donc qu’avec Jésus pour berger, notre coeur ne sera plus jamais dans un état de sécheresse.
           
Puis Jésus, continuant son discours, dit :
« Mes brebis entendent ma voix, et je les connais, et elles me suivent... » (10:27)
 
            Nous venons de lire l’expérience de Marie Ledoyen avec Dieu (publication L’Echo des Chrétiens, réf. E0801ML), cette jeune brebis qui avait entendu la voix du bon berger. Elle nous précise rapidement dès la première ligne, qu’elle avait découvert, cinq mois avant son expérience, que Jésus est bien vivant, qu’il entend nos prières et, rajoutons-le, qu’Il parle. Non, notre Dieu n’est pas muet ! Les idoles et les statues en plâtre, elles, n’entendent ni ne parlent donc elles ne peuvent exaucer personne, mais Jésus a une voix, et ses brebis l’entendent...
 
Mais alors croire que Dieu est pour nous un bon berger, ne serait-ce pas ça avoir la vie ? Croire en Ses promesses telles que révélées dans son livre, La Bible, marcher non plus par la vue, mais par la foi, savoir que ses regards se promènent sur la terre et qu’Il prend part à nos projets, à notre destin, ne serait-ce pas cela la vraie vie que tout homme a besoin de recevoir pour être pleinement dans l’abondance, en un mot pour être comblé ?
 
            Cette confiance toute nouvelle en ce grand Dieu d’amour, faisait que l’âme de Marie baignait dans une paix et une joie indéfectibles, et ceci vous l’avez remarqué, même au milieu des nombreuses difficultés rencontrées pour assurer sa demande d’emprunt.
            Etre dans l’abondance, c’est avoir tout. Tout ce que l’on a besoin, j’entends. Pour notre corps : de la nourriture et un minimum de soins corporels ; pour notre âme : qu’elle soit renouvelée par La Bible, la Parole du Seigneur, et ainsi dirigée en toute sagesse ; et notre esprit, mort à cause du péché, a comme exigence de recevoir l’Esprit saint pour être en mesure de re-vivre. Je crois que c’est de cet Esprit dont Jésus nous laissait présager la venue quand il nous parle de vie abondante. Car Jésus a dit aussi : « Et je prierai le Père, qui vous donnera un autre Consolateur, pour demeurer éternellement avec vous... » (Jn 14:16).
            Marie a reçu le Saint-Esprit quand elle a cru. Elle a donc pu mettre sa foi en action sur ce que son coeur ainsi renouvelé lui conseillait d’entreprendre. Et quand elle devait persévérer, ne pas se décourager, elle entendait l’Esprit lui rappeler une autre promesse de Jésus : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez » (Jn 15:7). Incroyable, non ? tout ce que vous voudrez, avons-nous bien lu ? Et Jésus insista encore : « Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite » (16:24).
            Vous a-t-on déjà parlé de ce Dieu qui donne la vie en abondance ? A entendre les hommes (qui ne le connaissent pas), il semblerait plutôt que Dieu soit mort ou alors à l’image d’un père fouettard qui déverserait sur la terre sa colère selon son bon vouloir. Pourtant Marie nous apporte bien la preuve que Dieu peut nous aider, sous-entendu si on obéit à Sa voix...
            Souhaitez-vous suivre ce bon berger et devenir sa brebis ? Ouvrez le Nouveau Testament, la seconde partie de La Bible. Il commence par quatre récits dans lesquels vous découvrirez les paroles et les oeuvres de Jésus quand il était sur terre. Prenez-les pour vous dès aujourd’hui. Transposez ses propos, accueillez ses promesses car Dieu n’a pas changé ; il n’y a aucune ombre de variation chez lui et Dieu n’est pas un homme pour mentir. Jésus nous donne une multitude d’excellents conseils destinés à nous rendre parfaits et pour plaire à Dieu. Il nous apprend de surcroît qu’Il veut être le bon berger qui prendra soin de nous. Des difficultés seront toujours à surmonter, mais c’est Jésus qui portera le fardeau. Alors déchargeons-nous sur Dieu de tous nos soucis, parce qu’il a soin de nous (selon 1 Pi. 5:7).

Auteur : Odile Delarbre - publié dans L'Echo des Chrétiens, réf. E0801ML.


Jésus nous a donné un conseil pour avoir la foi...


La foi ! la foi ! Facile à dire quand on ne l’a pas ! Pourtant la foi est la seule clé qui ouvre la porte du ciel. Sans elle, pas de réponse, pas de bénédiction, pas de guérison, pas de vie transformée. 
Quand nous allons consulter un médecin, c’est bien parce que nous croyons qu’il aura une solution, sinon nous n’irions pas. Quand nous allons chez le boulanger, nous croyons qu’il aura du pain, sinon nous n’irions pas. Quand le téléphone sonne, nous répondons parce que nous croyons qu’il y a quelqu’un à l’autre bout du fil, non ? Quand nous montons dans l’autocar ou le taxi, nous croyons que le chauffeur nous emmènera là où nous devons être conduit. 
Vous voyez, la foi est un principe que nous appliquons tous les jours sans nous en rendre compte. Il en est de même avec Dieu. 
Comment non, ce n’est pas pareil ? Ah ! oui, parce que nous ne le voyons pas ! Mais Lui nous voit, n’est-ce pas l’essentiel ? N’est-ce pas encore plus réconfortant et sécurisant ? Le principe de la foi, c’est précisément de croire sans voir, comme nous l’exerçons chaque jour. Car Dieu ne se verra jamais avec les yeux ni avec l’intellect, mais avec l’esprit (le coeur). 

Jésus nous a donné un indice pour avoir la foi : 


« Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez, et si vous ne devenez comme des enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » 
(Mt 18:3)


Sommes-nous prêt à faire taire notre raisonnement, à devenir humble devant Dieu et accepter Son amour inconditionnel ? 

Auteur : Odile Delarbre (paru dans L'Echo des Chrétiens, réf. E0706AF, 4ème trim. 2007)

Partager cette page

Repost 0
Published by

Témoignages