Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Echo des Chrétiens
  • L'Echo des Chrétiens
  • : Jésus-Christ : le Dieu vivant qui transforme les coeurs et qui opère toujours des miracles dans la vie des hommes. Des chrétiens témoignent.
  • Contact

Mots Clés

Si vous souhaitez publier votre propre livre

Si vous avez le projet d'écrire et d'être accompagné dans votre démarche, ou si vous avez déjà écrit votre manuscrit, mais que celui-ci nécessite une relecture avant son édition finale, vous pouvez nous adresser votre texte, par email, avec vos coordonnées complètes. En retour vous recevrez un devis calculé sur le degré de corrections à lui apporter.

Vous pourrez ensuite l'adresser à un éditeur, ou l'auto-éditer, ou le faire tout simplement imprimer pour le distribuer vous-même. Nous pourrons vous conseiller, si vous le souhaitez.

Votre fichier doit être saisi sous Word, .doc, caractères taille 12, marges 2,5 cm, format A4.

Adresse email : lechodeschretiens@orange.fr

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 18:13

EXTRAIT DU LIVRE

La légalisation du péché et ses conséquences sur l’Eglise
Etudions ensemble les dangers de la société moderne qui influencent l’Église et la poussent à adopter un style de vie hybride, à cheval entre la sanctification et le péché.
Une loi a pour vocation de réglementer la vie des citoyens ; elle a un caractère contraignant dans le sens où elle s’impose à tous : « Le but d’une loi n’est pas d’abolir ou de diminuer la liberté, mais de la conserver et de l’augmenter. Là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de non plus de liberté. Car la liberté consiste à être exempt de gêne et de violence, de la part d’autrui : ce qui ne saurait se trouver où il y n’y a point de loi, et où il n’y a point une liberté, par laquelle chacun peut faire ce qu’il lui plaît. Car qui peut être libre, lorsque l’humeur fâcheuse de quelque autre pourra dominer sur lui et le maîtriser ? Mais on jouit d’une véritable liberté quand on peut disposer librement, et comme ont veut, de sa personne, de ses actions, de ses possessions, de tout son bien propre, suivant les lois sous lesquelles on vit, et qui font qu’on n’est point sujet à la volonté arbitraire des autres, mais qu’on peut librement suivre la sienne propre » (propos de John Locke).
Les lois et décisions de nos dirigeants, ou de nos supérieurs hiérarchiques, ne sont heureusement pas toutes mauvaises, et combien même leurs ordres seraient mal intentionnés, il est écrit : « Soyez donc soumis à toute institution humaine, à cause du Seigneur, soit au roi, comme à celui qui est au-dessus des autres ; soit aux gouverneurs, comme à des personnes envoyées de sa part, pour punir ceux qui font mal et approuver ceux qui font bien. Car ceci est la volonté de Dieu, qu'en faisant bien vous fermiez la bouche à l'ignorance des hommes dépourvus de sens comme étant libres, non pour vous servir de la liberté comme d'un voile pour la malice, mais comme des serviteurs de Dieu. Rendez honneur à tous ; aimez tous les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi. Domestiques, soyez soumis à vos maîtres en toute crainte, non seulement à ceux qui sont bons et indulgents, mais aussi à ceux qui sont difficiles. Car c'est une chose agréable à Dieu, que quelqu'un, par un motif de conscience, endure des afflictions en souffrant injustement. Quelle gloire, en effet, vous reviendrait-il, si vous supportez patiemment d'être battus pour avoir mal fait ? Mais si vous supportez patiemment la souffrance pour avoir bien fait, c'est à cela que Dieu prend plaisir. Car c'est à cela que vous êtes appelés, puisque Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces » - 1 Pierre 2.
Certaines lois peuvent être contraires à nos valeurs spirituelles, et nous empêcher d’accomplir le plan de Dieu. Je pense à un frère qui a travaillé pour la Vision mondiale en Mauritanie. Il témoigne qu’il est illégal d’amener une Bible ou oeuvre chrétienne quelconque dans ce pays-là, comme des DVD ou des brochures d’évangélisation. Lui et ses collègues, étant des agents internationaux, devaient se réunir dans les maisons d’une manière très discrète, pour ne pas s’attirer des ennuis. La loi concernant la religion y est contraignante pour les non musulmans qui aimeraient pourtant vivre librement leur foi. Un point important du livre de Daniel nous montre qu’exprimer son point de vue en matière de foi ne plaisait déjà pas dans les temps anciens dès que celui-ci était en opposition avec le pouvoir en place : « Ils prirent la parole et dirent au roi Nebucanetsar : O roi, vis éternellement. Tu as donné un ordre d’après lequel tous ceux qui entendraient le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, devraient se prosterner et adorer la statue d’or. Et d’après lequel quiconque ne se prosternerait pas et n’adorerait pas serait jeté au milieu d’une fournaise ardente » - Dan. 3:9-10.
Le danger est donc que la légalité accepte des valeurs contraires aux commandements de Dieu et que tout le peuple soit contraint de s’y soumettre. Et un autre danger qui en résulte mais d’ordre moral celui-ci, c’est quand un acte est légalisé, il a tendance à ne plus heurter la conscience, car ne dit-on pas que ‘l’habitude crée une seconde nature’...
En psychologie active, on parle de la socialisation d’une tendance, c’est-à-dire que si vous avez une tendance mauvaise au lieu de la refouler, vous pouvez la socialiser. Si un homme a une forme de violence intérieure cachée, il peut socialiser cette tendance en une activité sportive, telle que les arts martiaux, la boxe, etc. Même s’il blesse son adversaire pendant le combat, il n’est pas inquiété. Alors que s’il avait volontairement blessé une personne en dehors du ring, il aurait été arrêté, jugé et mis en prison.
Les mentalités doivent évoluer, la sexualité aussi doit connaître une certaine forme d’émancipation, dit-on. Des mouvements puissants à l’influence politique certaine ont travaillé d’arrache pieds et continuent pour que les habitudes sexuelles changent. Il y a plusieurs années, l’homosexualité, la pédophilie, la zoophilie, et autres perversions sexuelles étaient considérées comme des actes contre nature, des déviations comportementales que la loi punissait. Mais avec l’influence des mouvements de défense des droits de l’homme en matière de liberté, l’homosexualité et le transgenre ont curieusement évolué. Pour ceux qui l’ignorent, le transgénérisme est le fait pour une personne de s'identifier, au moins en partie, à d'autres genres que celui attribué à sa naissance et d'en adopter le mode de vie. Une personne transgenre est ainsi une personne qui adopte une identité de genre non liée à son sexe de naissance, mais sans nécessairement subir de chirurgie de réattribution sexuelle. La Bible fait mention des efféminés, car Dieu a, de tout temps, condamné cette déviation ; la preuve en est Sodome : « Ne vous abusez point ; ni les impurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les larrons, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs n'hériteront le royaume de Dieu » - 1 Cor. 6:10.
Nos ancêtres considéraient de tels comportements comme répréhensibles et classés comme pervers ; puis, ils sont devenus des maladies psychiatriques à traiter ; et aujourd’hui, ils sont considérés comme normaux au point d’être légalisés. C’est une des caractéristiques de notre siècle que tous les désirs du coeur de l’homme finissent par trouver une voie légale d’expression, car tout ce qui est socialement accepté va rendre la conscience tranquille. Or, ni la socialisation d’une mauvaise tendance, ni sa canalisation vers un but détourné, ne va couper la racine de son mal. Ce n’est qu’une simple diversion, car le péché demeure dans le coeur de l’homme qui n’en est pas pour autant libéré. La légalisation du péché d’homosexualité ne règle pas le problème des homosexuels, et le comble c’est qu’il est couvert par la loi qui autorise les mariages entre hommes ou entre femmes. C’est un phénomène en ce début de siècle qui se répand sur toute la planète.
Quand le mal est encouragé par des lois, il risque d’être confondu avec le bien, même au sein de l’Eglise, surtout chez les faibles et les jeunes mal affermis dans l’amour et la Parole de Dieu. Et comme nous croyons que l’âme ne peut pas être heureuse quand elle vit dans le péché, malgré le fait que la législation du pays la disculpe, nous devons donc haïr le péché avant qu’il nous atteigne : « Car la crainte de Dieu, c’est la haine du mal », « Ayez le mal en horreur, attachez-vous fortement au bien » - Pr. 8:13, Rom.12:9.
La légalisation du péché va aussi forcément entraîner des compromis ou des arrangements au sein d’un groupe tel que la famille ou une entreprise. En Afrique du Sud, par exemple, du temps de l’apartheid, les chrétiens blancs trouvaient normal de penser que c’était dans l’ordre naturel des choses qu’il y ait un dominant qui opprime, et en face de lui, un opprimé qui soit son esclave.
Avant d’être spirituel, l’homme est avant tout charnel. Il adhère ainsi facilement à tout ce qui est d’abord physique plutôt qu’à ce qui est spirituel, il comprend mieux ce qui est concret avant de comprendre ce qui est abstrait, or la loi de Dieu bien qu’abstraite, elle est vivante et gravée dans le coeur du croyant. Elle est sans contrainte apparente tandis que la loi des hommes détient un caractère contraignant qui influence la conduite, met la pression, et change le regard des autres sur nous, au cas où nous ne nous y conformerions pas.
Nous, chrétiens, devons donc user de discernement quant aux lois prises par les hommes, afin de vérifier si elles sont bonnes ou mauvaises, surtout si elles vont entrer en opposition à la volonté de Dieu : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Rom. 12:2) - « Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » - 1 Thes 5:21. Même au sein de l’Église, il existe des doctrines d’hommes qui vont outrepasser les conseils de Dieu, qui vont tolérer certaines formes de péché, tout cela dans le but de s’adapter ou d’attirer la foule, quitte à faire mourir spirituellement les membres mal affermis.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Rédac L'Echo - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Témoignages